La solitude, l'espace qui laisse remonter notre identité

Le combat de la solitude fait parfois plus peur et souffrir que la solitude elle-même.  La solitude nous renvoie au silence et dans le silence on entend nos pensées, nos peurs et nos angoisses et on se voit seul à les affronter... c'est ce qui nous fait parfois redouter ces moments.
Pourtant, la solitude peut être une occasion pour se réapproprier son existence, apprendre à identifier nos désirs, besoins, intérêts, objectifs...  Cette étape peut être constructive et même s'avérer essentiel pour passer d'un amour de soi à l'amour de l'autre ; s'aimer seule pour pouvoir s'aimer en couple, aimer l'autre, aimer le couple sans tomber dans la dépendance et l'oubli de soi, de son identité à l'extérieur de l'Autre. La solitude peut donc être perçue comme un moment pour soi de choix que l'on effectue seul pour un présent et un avenir plus près de ce que l'on souhaite vraiment...
Et après ? Et après ? Et après ?  Il est important de faire la différence entre la capacité de vivre seule et le choix de vivre avec quelqu'un ; je peux, mais je choisis de vivre avec quelqu'un (préférer le rôle actif au rôle réactif).  Cette différence est fort importante car elle nous guidera vers les solutions plus appropriées et notre vécu émotif sera fort différent pour justement mieux appliquer les solutions envisagées.  Cette différence peut même s'avérer importante au niveau de notre attitude face à l'autre et à ce qu'on dégage.  Au niveau du rôle actif, on reprend ainsi une position plus autonome et nos pensées ont plus de chances d'être plus positives envers nous. 

Vous existiez avant de vous identifiez à votre "symptôme"... 
Vous n'étiez pas là à attendre votre "dépendance" peu importe laquelle
(qu'il ou elle arrive, les sous pour jouer, votre prochain repas...)
Quels étaient vos intérêts ?